Sponsorisé

Un design exclusif à partir de produits usagés

Des produits haut de gamme et élégants à partir de matériaux usagés? Avec sa mode issue de la revalorisation, la créatrice parisienne Marine Serre prouve que le recyclage et le luxe ne sont pas forcément incompatibles.

En 1995, Carmen Hijosa séjourne aux Philippines en tant que consultante pour l'industrie du cuir. Elle visite alors les usines où le cuir est tanné et préparé en vue d'une transformation ultérieure et est effrayée. Les animaux, les hommes et l'environnement souffrent énormément. Elle décide alors de ne plus jamais travailler avec du cuir d’origine animale et quitte son emploi.

Lorsque nous parlons de recyclage ou de revalorisation - c'est-à-dire de recyclage de matériaux usagés pour un nouveau produit - beaucoup de gens pensent aux sacs de jute ou à d'autres choses similaires. Mais la mode de la revalorisation a depuis longtemps commencé à s'épanouir de manière beaucoup plus diversifiée. Même la haute couture tout droit sortie des podiums parisiens peut désormais être fabriquée à partir de déchets textiles. Avec son label, la créatrice française Marine Serre en est le meilleur exemple.

La jeune Française a appris son métier auprès des plus grands de la scène: Alexander McQueen, Dior, Maison Margiela, Balenciaga. Mais il y a longtemps qu'elle s'est fait un nom avec sa ligne «Regenerated», raffinée et post-apocalyptique. Aujourd'hui, elle dirige un studio dans le célèbre 19e arrondissement de Paris.

Inspiration dans les magasins de seconde main

La revalorisation est peut être devenue à l'ordre du jour. Mais chez Marine Serre, l'intérêt pour la durabilité a commencé il y a de nombreuses années. À l'âge de 14 ans, elle savait déjà qu'elle voulait devenir créatrice de mode. «J'ai vécu à la campagne et j'adorais flâner dans les magasins de seconde main et les brocantes, dit-elle. Là-bas, j’ai acheté plein de trucs et j’ai commencé à transformer de vieilles choses en quelque chose de nouveau et d’unique.»

Une autre inspiration est venue de son grand-père, qui était brocanteur. «Il n'avait aucun flair pour la mode, mais il collectionnait toutes ces choses bizarres que je trouvais belles», a déclaré Marine Serre dans une interview au magazine «W». Elle a réussi à conserver cette passion. Lors du Salon d'automne de cette année à Paris, les modèles de Serre sont apparus avec des masques faits de matériaux recyclés et des objets quotidiens tels que des draps de lit ou des nappes ont été transformés en habits de créateurs. 

La revalorisation dans le monde du haut de gamme

Au plus fort de la pandémie de coronavirus en France, Marine Serre a, par ailleurs, publié une vidéo éducative sur la production de masques, en matériaux revalorisés. Ce tuto est typique de sa marque. Avec grand soin, Serre documente les diverses étapes de la chaîne de production revalorisée. Après tout, c'est un objectif clair que de pouvoir un jour refermer tout le cycle de la mode: «Peut-être que quelqu'un ne voudra bientôt plus de mes pièces d'il y a quelques saisons. Qu'en ferons-nous alors? Dans le meilleur des cas, elles pourront être utilisées pour créer à nouveau quelque chose de neuf.»

Serre n'est pas seule à militer. La revalorisation a également fait son entrée depuis longtemps dans le monde du luxe et du design. Non seulement dans l'industrie de la mode, mais aussi dans d'autres branches de l'industrie. Le constructeur automobile Mazda, par exemple, utilise des matériaux en PET pour les garnitures des portes à l'intérieur du tout nouveau Mazda MX-30, entièrement électrique, et la console centrale est bordée de liège. Cela donne à la voiture un look aussi durable qu'exclusif, ce qui plairait certainement à Marine Serre. Avec le tout nouveau Mazda MX-30, tout comme avec la mode de Serre, que ce soit à Paris ou ici, pas besoin de se cacher!

Le tout nouveau Mazda MX-30, 100% électrique

Découvrez le tout nouveau Mazda MX-30 entièrement électrique, un SUV urbain caractérisé par un design centré sur ses utilisateurs qui respire la légèreté. Il s’agit d’une voiture électrique qui promet une expérience de conduite unique aussi naturelle qu’avec un moteur à combustion. Son habitacle aux lignes harmonieuses a été réalisé à partir de matériaux durables et écologiques tels que le liège. Lors du choix de la batterie, les ingénieurs poursuivaient deux objectifs principaux: réduire les émissions tout au long du cycle de vie et garantir une autonomie suffisante pour les trajets quotidiens des utilisateurs de la voiture.

Profitez de notre offre de lancement: dès CHF 36 990.–* y.c. wallbox, livrée et installée par notre partenaire, le TCS.

Le plaisir de la conduite électrique avec le tout nouveau Mazda MX-30.
Le plaisir de la conduite électrique avec le tout nouveau Mazda MX-30.

Sponsorisé

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Mazda. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.

* Mazda MX-30 First Edition e-Skyactiv: prix net CHF 36 990.– (prix catalogue re­commandé), y. c. wallbox d’une valeur de CHF 1 690.–. Valable pour les clients particuliers pour les contrats d’achat jusqu’au 30.11.20 et non cumulable avec le leasing. Modèle illustré (équipement supplémentaire inclus): Mazda MX-30 Revolution e-Skyactiv. Prix au comptant CHF 44 700.– (prix catalogue recommandé CHF 44 700.–, y. c. wallbox d’une valeur de CHF 1 690.– + «Maxi-Garantie 3+2» d’une valeur de CHF 1 090.–). Consommation normalisée UE mixte 19,0 kWh/100 km, émissions de CO2 (locales) 0 g/km, catégorie d’efficacité énergétique A.