Les yeux des enfants brillent lorsqu'ils explorent la première station mobile Snoezelen de Suisse.
Les yeux des enfants brillent lorsqu'ils explorent la première station mobile Snoezelen de Suisse.
Sponsorisé

C’est l’enthousiasme autour du premier bus Snoezelen de Suisse 

Des bénévoles transforment un bus en une expérience colorée qui stimule les sens. Unique en Suisse, le projet a pour priorité d’aider les enfants et les jeunes autistes.

C'est l'une des premières journées vraiment chaudes de l'année et la Carrosserie Erni à Schlieren (ZH) est en pleine activité. Depuis le petit matin, des bénévoles s'investissent corps et âme pour la rénovation d'un van. Le but? Une station Snoezelen mobile pour les enfants autistes. 

Qu'est-ce que «Snoezelen»?  

«A l’origine, le terme «Snoezelen» vient du néerlandais. C'est un terme composé des mots «renifler» et «somnoler»», explique Jan Steinbrecher, qui est l'un des principaux experts en matière de Snoezelen en Suisse. Ce concept, initialement développé aux Pays-Bas pour les personnes handicapées, est désormais utilisé dans le monde entier pour l’encouragement des capacités sensorielles. 

Plus spécifiquement, les enfants sujets à des troubles du spectre autistique ressentent des influences et des perceptions positives grâce à la forme thérapeutique du Snoezelen. Dans un environnement calme et sûr, sollicités par divers stimuli, ils font l’expérience d’impressions bénéfiques et durables. Concrètement: des lumières colorées, de bonnes senteurs ou des formes douces donnent aux enfants un sentiment de sécurité.

Impossible sans l'aide de bénévoles

Plusieurs établissements et associations sont déjà équipés d’espaces dits Snoezelen, qui reprennent le concept néerlandais. C'est par exemple le cas de la Fondation pour l'enfance et l'autisme à Urdorf (ZH), un centre de compétences pour les enfants et les jeunes atteints d'autisme. Comme la fondation a plusieurs sites, mais ne disposait, jusqu'à présent, que d'une salle de ce type, la construction d’une unité mobile Snoezelen a été envisagée pour la première fois en Suisse. Les enfants et les adolescents disposeront ainsi d'un lieu de retraite supplémentaire qu'ils pourront utiliser quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

Un effort physique est nécessaire. La première étape consiste à poncer les panneaux latéraux jaunes du van.
Un effort physique est nécessaire. La première étape consiste à poncer les panneaux latéraux jaunes du van.
1 / 5
L'intérieur du bus Snoezelen est prêt à être installé.
L'intérieur du bus Snoezelen est prêt à être installé.
2 / 5
Les tapis souples au sol et sur les murs invitent à se mettre à l'aise.
Les tapis souples au sol et sur les murs invitent à se mettre à l'aise.
3 / 5
Le SensiView diffuse des sons, des vidéos et des images.
Le SensiView diffuse des sons, des vidéos et des images.
4 / 5
Après une journée épuisante, le résultat est visible. Il ne manque plus que le lettrage extérieur.
Après une journée épuisante, le résultat est visible. Il ne manque plus que le lettrage extérieur.
5 / 5

Sandra Kalbassi, de la Fondation pour l'enfance et l’autisme, déclare: «Nous sommes tributaires de soutiens alternatifs pour effectuer des investissements qui ne sont pas cofinancés par la Confédération et les cantons. L'un de nos employés a eu connaissance d'UBS Helpetica. Heureusement, le projet a été inclus dans la liste de mise en œuvre et a pu être réalisé grâce à l'engagement de volontaires. Nous en sommes très reconnaissants.»

«C'est vraiment bien de pouvoir donner
en retour aussi!»

L'une des bénévoles est la spécialiste en marketing Melina Frei. Elle a déjà donné un coup de main et explique: «Comme je suis actuellement en chômage partiel, j'ai voulu mettre mon temps à profit. J’ai cherché des opportunités sur UBS Helpetica et j'ai tout de suite trouvé ce que je cherchais.» Le fait de pouvoir effectuer un travail manuel à côté de sa routine quotidienne au bureau et d'aider en même temps des enfants atteints d'autisme est un changement bienvenu pour la jeune femme qui est heureuse de sa décision: «C'est vraiment agréable de pouvoir donner quelque chose en retour!»

Grâce au travail des bénévoles, une vieille camionnette est transformée en une station Snoezelen mobile pour les enfants et les jeunes autistes.

Achim Loth a un point de vue similaire. En tant que patron de la Carrosserie Erni, il fournit non seulement sa main-d'œuvre, mais aussi son atelier et le savoir-faire pour la transformation du bus. «Je pense que c'est une excellente occasion de faire quelque chose de bien et de faire profiter à d’autres personnes des bonnes choses qui vous sont arrivées dans la vie. Surtout dans la période que nous traversons actuellement», déclare cet homme de Schlieren aux racines allemandes. 

Il est clair que toutes les personnes impliquées, bénévoles ou non, s'engagent à investir leur temps et leur énergie dans ce projet avec cœur, joie et charité. Et cela se reflète également dans le résultat final: le vieux bus jaune est transformé en un lieu unique plein de lumières, de sons, de parfums et de formes, qui aide les enfants et les jeunes autistes à se détendre, à rêver et à faire appel à tous leurs sens.

Un moment privilégié: Barbara Loth remet les clés du bus Snoezelen à Sandra Kalbassi de la Fondation pour l'enfance et l'autisme.
Un moment privilégié: Barbara Loth remet les clés du bus Snoezelen à Sandra Kalbassi de la Fondation pour l'enfance et l'autisme.
1 / 6
Couvert, le bus Snoezelen attend de s'exposer à la curiosité des enfants dans la cour de la Fondation à Urdorf (ZH).
Couvert, le bus Snoezelen attend de s'exposer à la curiosité des enfants dans la cour de la Fondation à Urdorf (ZH).
2 / 6
Enlevez vos chaussures! Les enfants n'ont pas eu besoin de se le faire dire deux fois et ont joyeusement disparu dans le bus.
Enlevez vos chaussures! Les enfants n'ont pas eu besoin de se le faire dire deux fois et ont joyeusement disparu dans le bus.
3 / 6
Des visages heureux: les enfants se laissent emporter dans un autre monde par les sons, les images et les matériaux du bus mobile Snoezelen.
Des visages heureux: les enfants se laissent emporter dans un autre monde par les sons, les images et les matériaux du bus mobile Snoezelen.
4 / 6
Snoezelen vient du néerlandais et se compose des termes «renifler» et «somnoler».
Snoezelen vient du néerlandais et se compose des termes «renifler» et «somnoler». (Steinbrecher AG)
5 / 6
«Le bus arrive au bon moment!» Sandra Kalbassi, de la fondation, est heureuse de ce refuge supplémentaire pour les enfants.
«Le bus arrive au bon moment!» Sandra Kalbassi, de la fondation, est heureuse de ce refuge supplémentaire pour les enfants.
6 / 6

Le Snoezelen-Bus, un résultat dont on peut être fier

Le nouvel intérieur est tout en blanc, très confortablement garni de tapis et de coussins souples. Un projecteur permet de projeter diverses vidéos sur les murs, tandis que des haut-parleurs cachés permettent d'écouter de la musique et des sons d'ambiance appropriés. Ainsi, les enfants font l'expérience d'une promenade dans les bois, d'un voyage en train ou d'un merveilleux ciel étoilé. Des lumières féeriques et divers objets tactiles et des peluches complètent ce paradis des sens.

«Nous sommes très reconnaissants
pour cet immense soutien.»

«C'est une grande chance que nous puissions désormais mettre le bus en service», se réjouit Sandra Kalbassi. «Nous allons agrandir notre école pendant l'été et nous pourrons ainsi offrir une salle de Snoezelen à tous les enfants que nous accueillerons.»

Mais, une fois le projet achevé, le retour d’expérience le plus important vient des «jeunes utilisateurs» eux-mêmes. La réaction des trois enfants qui découvrent pour la première fois le bus Snoezelen en dit long sur ce nouvel espace d’expérimentation: beaucoup de curiosité, de joie et d'enthousiasme. Les enfants explorent le bus, s'émerveillent de leurs nouvelles sensations et ont du mal à quitter leur nouvelle pièce préférée après quelques heures passées dans le bus Snoezelen.

UBS Helpetica – la plateforme pour le volontariat

La plateforme UBS Helpetica met en relation des projets caritatifs avec des bénévoles. En effet, l'engagement social joue un rôle essentiel en Suisse. UBS souhaite renforcer cet engagement et, dans le même temps, contribuer activement au développement durable. Sur UBS Helpetica, les organisations à but non lucratif ont la possibilité d'annoncer des projets de bénévolat pérennes dans les domaines de l'environnement, des affaires sociales, de la formation ou de l'entrepreneuriat. Ils peuvent ainsi mettre en relation leur projet avec des personnes désireuses de s'engager.

Les volontaires intéressés peuvent rechercher des opportunités de volontariat appropriées et s'inscrire à un projet directement sur UBS Helpetica. Les particuliers ont également la possibilité de soumettre leurs propres idées de projets de bénévolat. Ceux-ci seront examinés par des experts au regard de leurs avantages et leur impact sur le bien commun en Suisse. S'ils répondent aux critères, ils sont publiés sur la plateforme. Cette visibilité à l'échelle nationale augmente considérablement la possibilité de réaliser le projet. En contrepartie, UBS met son propre réseau au bénéfice du bien commun.

Guider des aveugles dans leur entraînement à la course à pied
Le jogging en plein air devrait également être possible pour les malvoyants et les aveugles. L'Association Blind-Jogging recherche, en collaboration avec UBS Helpetica, des bénévoles en Suisse alémanique qui pourront être formés comme guides et accompagneront une ou deux fois par semaine des coureurs aveugles ou malvoyants lors de joggings. Connaissez-vous une telle organisation dans votre région? Alors diffusez l’information et inscrivez-vous auprès d'UBS Helpetica.

Sponsorisé

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec UBS Switzerland. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.