Sponsorisé

Daniel Craig donne une nouvelle image de 007

Sur grand écran, Daniel Craig est impitoyable dans le rôle de James Bond, sans pour autant cultiver l’image d’un homme macho comme le faisaient certains de ses prédécesseurs. Il parvient à incarner un nouvel agent secret moderne.

Dans le rôle de l’agent secret 007, Daniel Craig joue les caïds mais renonce volontiers aux stéréotypes sexistes si caractéristiques de ceux qui l’ont précédé. En effet, le comportement sexiste de Sean Connery et Cie est aux antipodes d’une approche respectueuse des genres, comme on l’exige aujourd’hui.

«Je trouve que c’est une belle idée d’avoir un type d’homme nouveau qui soit intelligent et sentimental», explique le Britannique dans une interview accordée au magazine «GQ». Pour lui, c’est un fait incontesté: «Le gentleman de notre époque est favorable à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes. Il respecte l’autre sexe.» L’acteur considère les comportements machistes comme dépassés. «Je crois qu’aujourd’hui, un vrai macho paraît ridicule auprès des femmes», a-t-il affirmé dans une interview accordée au magazine «Cosmopolitan». Pour autant, cela ne signifie pas que l’homme moderne ne peut pas donner un sérieux coup de main quand cela est nécessaire. «Mais il est aussi sensible et conscient de ses responsabilités.»

Trop tendre? Aucunement

Sa version de James Bond est autant acceptée par le public que par la critique. Un fait surprenant, car, à vrai dire, l’acteur anglais était très controversé au début de sa carrière d’agent 007. On disait de lui qu’il était trop blond, trop petit, trop tendre et trop ennuyeux pour ce rôle. Cela lui a d’ailleurs valu le surnom moqueur de «James Blond». Pourtant, dès sa première apparition en tant qu’agent secret dans «Casino Royale» en 2006, Craig a montré à ses détracteurs qu’il était tout à fait à la hauteur de ce rôle, quand bien même son style était différent de celui de ses prédécesseurs. Un style voulu, d’ailleurs, comme il l’explique dans une interview accordée au magazine «Empire»: «Ce que je ne pouvais et surtout ne voulais pas faire, c’était refaire ce qui avait déjà été vu. En quoi cela aurait-il été intéressant?»

Daniel Craig a réussi à moderniser le personnage de James Bond. Il sera donc intéressant de voir comment cet homme d’action et héros des temps modernes sauvera le monde dans son cinquième James Bond, «Mourir peut attendre», sans une once de machisme.

Les 7 répliques les plus machistes

Les prédécesseurs de Daniel Craig, tels que Sean Connery, Pierce Brosnan ou encore Roger Moore, étaient certes tous charmants, mais particulièrement machos. Le nouveau James Bond, en tous les cas, ne prononcera certainement pas ces répliques.

1. Bons baisers de Russie (1963) avec Sean Connery

Bond: «Je dois vous dire quelque chose avec l’élégance des Occidentaux: je n’ai jamais vu plus jolie fille.»
Tatiana Romanova: «Merci, mais je pense que ma bouche est trop grande.»
Bond: «Non, elle juste à la bonne taille. En tout cas pour moi.»

2. Goldfinger (1964) avec Sean Connery

Elle: «Je m’appelle Pussy Galore.»
Bond: «Ce doit être un rêve.»

3. Opération Tonnerre (1965) avec Sean Connery

Bond: «Une belle arme. D’ailleurs mieux adaptée aux femmes.»
Emilio Largo: «Vous vous y connaissez en armes, M. Bond?»
Bond: «Non, mais en femmes oui.»

4. On ne vit que deux fois (1967) avec Sean Connery

Tiger Tanaka: «Au Japon, les hommes passent en premier.»
Bond: «Plus tard, je passerai ma retraite ici.»

5. Les diamants sont éternels (1971) avec Sean Connery

Bond: «C’est un joli petit rien que vous portez presque.»

6. L’homme au pistolet d’or (1974) avec Roger Moore

Bond: «Hmm, c’est à mon goût.»
Mary: «Vraiment?»
Bond: «Ce que tu portes. Moulant là où il faut, sans trop de boutons.»

7. Dangereusement vôtre (1985) avec Roger Moore

Bond: «Et bien, ma chère, je vois que vous passez beaucoup de temps en selle.»
Jenny Flex: «Oui, j’adore me balader à cheval tôt le matin.»
Bond: «Moi aussi, je suis un lève-tôt.»

Sponsorisé

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Universal Pictures. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.