Chez Bouygues, la relation apprentie.e-formateur est centrale.
Chez Bouygues, la relation apprentie.e-formateur est centrale. Image: capture d'écran
Sponsorisé

«Je peux toujours compter sur le soutien de mes formateurs»

L’apprentissage est une période propice aux situations stressantes. Il appartient aussi aux entreprises de mettre en place des mesures pour apprendre à les gérer.

Le passage de l’école au monde du travail est une période charnière et parfois sensible. Certains employeurs, comme Bouygues, en sont conscients et mettent en place des mesures spécifiques, illustrées par le témoignage de Filipa, apprentie employée de commerce à Lausanne.

Toutes les entreprises ne sont toutefois pas égales dans leur manière de gérer ce problème. Anita Blum, spécialiste de la Gestion de la santé en entreprise pour les apprentis, explique l’importance de savoir y répondre.

Mme Blum, quels sont les principaux facteurs de stress pour les apprenti.e.s?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que leurs débuts dans le monde du travail coïncident avec leur entrée dans l’âge adulte. Pendant cette période, de nombreux processus se mettent en place, comme le développement de l’identité propre, l’acquisition progressive de l’indépendance, le développement de la confiance en soi ou des compétences sociales.

C’est aussi à ce moment qu’ils ou elles découvrent un nouvel environnement, celui de l’entreprise et de nouvelles méthodes de travail. Ils ou elles apprennent aussi à gérer un nouveau type d’interaction sociale, à savoir la relation supérieur.e-subordonné.e, cela au moment leur esprit critique se développe. Dans la plupart des cas, tout se passe très bien. Mais parfois, cette période de grands changements entraîne un stress accru chez les jeunes. D’une part parce qu’ils se mettent eux-mêmes la pression : ils veulent tout faire, tout juste, du premier coup et ont des craintes quant à l’avenir. D’autre part, parce que l’organisation du travail et l’environnement de travail ne sont pas toujours optimales.

Quelles sont les conséquences du stress chez les apprenti.e.s?

Lorsque le stress devient un état permanent, il a des conséquences sur la santé. Le stress rend malade. Il provoque la libération d’hormones qui, à long terme, affaiblissent le système immunitaire. L’épuisement physique ou psychique, la dépression et le burnout sont aussi des conséquences directes d’un état de stress permanent. Bien qu’il n’existe pas de statistique précise sur le nombre de cas de burnout chez les jeunes, on peut dire que les 16-24 ans sont les plus touchés par l’épuisement psychique. C’est du moins ce qui ressort de l’étude Job-Stress-Index de 2018.

Quelles mesures les entreprises peuvent-elles prendre?

Comme souligné précédemment, les apprenti.e.s sont dans une phase de développement très importante. Il est donc impératif qu’ils ou elles puissent allier vie privée, école professionnelle et travail de la meilleure manière possible. Etant donné qu’ils passent trois à quatre jours par semaine chez leur employeur, ce dernier a le devoir de mettre en place des mesures spécifiques pour éviter que le stress ne devienne permanent.

Le stress est causé par plusieurs facteurs comme par exemple la pression des délais, les exigences de qualité ou le manque de soutien de la part des supérieurs en sont des exemples. Pour y remédier, les entreprises peuvent adapter le rythme de travail, fixer des objectifs qualitatifs globaux et développer la valorisation du travail des apprenti.e.s. Il est central d’intégrer les principaux concernés à ce processus et de définir avec eux les objectifs à atteindre.

Les responsables de la formation sont des personnages-clé. Ils doivent avoir accès facilement et rapidement à toutes les informations nécessaires pour promouvoir la santé mentale des jeunes dans l'entreprise. Leur rôle peut être renforcé, par exemple, en augmentant l'échange d'expériences avec d'autres responsables de la formation professionnelle, à l’interne ou avec ceux venant d'autres entreprises. Des plateformes, comme celle de Promotion Santé Suisse (link: www.fws-apprentice.ch) mettent à disposition certains outils. Nous proposons également des formations complémentaires dans ce domaine.


Les échanges entre apprenti.e.s sont-il aussi un bon moyen d’éviter le stress?

Oui, absolument. Les jeunes s’inspirent et s’influencent les uns les autres. Les mesures de promotion de la santé doivent donc inclure tous les apprenti.e.s d'une entreprise, afin qu’ils ou elles partagent leurs expériences. Un système de parrainage, où les apprenti.e.s plus âgé.e.s auraient le rôle de coacher les plus jeunes, est par exemple une bonne idée. Il est aussi important de favoriser les échanges informels, comme des repas en commun.

Quelles améliorations sont nécessaires dans le monde du travail?

Les jeunes d’aujourd’hui sont les adultes de demain. Un jour, ce sont eux qui transmettront leurs connaissances et leur expérience aux plus jeunes. Et seules des personnes en bonne santé physique et psychique peuvent le faire. C'est pourquoi, nous nous devons de maintenir à un niveau très bas le nombre de jeunes souffrant de stress chronique. Nous ne pourrons toutefois y parvenir que si les jeunes savent comment se comporter de manière saine en cas de stress et si nous leur fournissons des ressources suffisantes pour relever de manière optimale les défis quotidiens. C’est le devoir de chaque entreprise d’en être consciente et de prendre les mesures nécessaires.

Anita Blum est spécialiste de la Gestion de la santé en entreprise pour les apprentis.
Anita Blum est spécialiste de la Gestion de la santé en entreprise pour les apprentis. Image: Promotion santé suisse

Sponsorisé

Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing de Tamedia en collaboration avec Promotion Santé Suisse, organisme qui délivre le label Friendly Work Space.

Les employés suisses changent de plus en plus souvent de travail. Il est donc d’autant plus important pour les entreprises de se positionner en tant qu’employeurs attrayants et de conserver leurs employés sur le long terme. C’est dans ce sens que le label Friendly Work Space de Promotion Santé Suisse soutient les entreprises, car il distingue les entreprises qui promeuvent la santé des collaborateurs et s’investissent pour leur offrir de bonnes conditions de travail.