Il n'y a pas forcément besoin de se ruiner pour mettre de l'argent de côté.
Il n'y a pas forcément besoin de se ruiner pour mettre de l'argent de côté. (Image: iStock)
Sponsorisé

Comment assurer sa retraite en économisant le prix d’un café par jour?

A quel âge est-il conseillé de constituer l’épargne personnelle du 3e pilier? Commencer le plus tôt possible, voire dès le début de la vie active, présente de gros avantages.

Selon un sondage récent, un Suisse sur trois espère toucher 90% de son dernier salaire après le départ à la retraite. C’est un doux rêve pour la plupart des retraités. A moins de disposer d’un 3e pilier, ils ne recevront que 50 à 60% de leur dernier revenu grâce aux rentes AVS et de leur caisse de pension. Ce sera le cas pour la moitié des Suisses qui n’épargnent pas pour leurs vieux jours, souvent parce qu’ils n’en ont pas les moyens.

A quel âge commencer à épargner? Idéalement, les experts recommandent de constituer un 3e pilier par l’épargne personnelle dès l’entrée dans la vie active. Vous pourrez ainsi prendre plus de risques dans les placements et espérer des gains plus élevés en misant sur le long terme, par exemple obtenir un taux d’intérêt de 8%, rendement moyen des placements en Bourse sur le long terme.

Cette manière de faire permet aussi de préserver une partie de son pouvoir d’achat, grâce à des économies d’impôt. En effet, s’il place son épargne sur un compte 3e pilier, un salarié peut déduire de son revenu imposable des cotisations au 3e pilier allant jusqu’à 6566 francs par an, jusqu’à 32'832 francs pour un indépendant non affilié à une institution de prévoyance. En contrepartie, il ne peut retirer ces fonds au plus tôt que
5 ans avant l’âge de la retraite, sauf pour opérer des retraits pour acheter un logement. Néanmoins, ces économies d’impôts sont temporaires, car le fisc taxera ensuite les revenus du 3e pilier.

Les experts recommandent de constituer un 3e pilier par l’épargne personnelle dès l’entrée dans la vie active.

Entre 20 ou 30 ans, épargner pour la retraite peut sembler théorique. Les jeunes ont des revenus plus faibles, voyagent, consomment et estiment manquer de moyens pour économiser pour la retraite. C’est une fausse idée. Le montant de l’épargne n’est pas aussi important que la régularité et la persistance de l’effort.

Epargner 10 francs par mois, le coût de 3 cafés, de 20 ans à 65 ans, peut paraître dérisoire. Et pourtant, au bout de 45 ans, vous disposerez d’un capital de 48'000 Fr., alors même que vous n’avez mis de côté que 6000 francs. C’est la puissance des intérêts composés. En ajoutant les intérêts annuels à votre capital qui augmente d’autant, vous engrangerez au total 42'000 francs supplémentaires. A la retraite, vous pourrez piocher dans cet avoir 500 francs. par mois durant plus de 10 ans. Ce n’est pas négligeable. En Suisse, un jeune retraité a une espérance de vie de 20 ans en moyenne.

Avec 20 francs par mois, vous disposerez à 65 ans de 96'000 francs ou 500 francs par mois sur une vingtaine d’années. Avec 50 francs, c’est un capital de 240'000 frans ou 1000 francs mensuels sur plus de 20 ans. Avec 100 francs par mois, le coût d’un café par jour, c’est une épargne de 480'000 francs, soit 3000 francs par mois de rente sur plus de 20 ans. Avec 200 francs d’économie par mois, c’est le jackpot. Même si, dès 65 ans, vous prélevez 5000 francs par mois, soit 60'000 francs par an, votre capital de 980'000 francs continuera de croître grâce aux intérêts du montant restant. Ce qui comblera vos héritiers tout en permettant de payer un éventuel séjour en EMS, qui coûte environ 6000 francs par mois.

Sponsorisé

Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing de Tamedia, en collaboration avec Genève Invest.

Lisez cet encadré si vous...

• …ne voulez plus laisser votre argent sur votre compte d’épargne

• …disposez de plus de 100'000 francs pour un placement

• …voulez obtenir un rendement attrayant dans un contexte de taux d’intérêt zéro.

Comment les investisseurs peuvent-ils obtenir un revenu en capital sûr, prévisible et attrayant en période de taux d’intérêt très bas ou négatifs? Les gérants de Genève Invest se sont penchés sur cette question et ont trouvé la réponse suivante: grâce à des investissements dans un portefeuille d’obligations soigneusement sélectionnées, émises par des sociétés auditées et saines dans différentes devises. Dans un passé récent, ces titres à revenu fixe ont généré des rendements mensuels qui étaient égaux ou supérieurs aux rendements annuels actuels des autres placements. Le groupe Genève Invest est une société de gestion de fortune agréée domiciliée à Genève et au Luxembourg. Elle est au service de clients privés et des entreprises dans plus de 40 pays. En plus d’investir dans des titres à revenu fixe, GI se spécialise dans le «Value Investing», la sélection et l’investissement dans des actions de qualité prometteuse. Depuis 2008, Genève Invest est l’initiateur du fonds Switzerland Invest Fixed Income High Yield, qui a reçu cette année le Lipper et le City-wire Fund Award dans la catégorie «High Yield Bonds Global».